ÉVOLUTION VERS LA SÉCURITÉ DES INJECTIONS EN AFRIQUE DU SUD

La propagation des infections et des maladies est opportuniste par essence. Ceux qui sont exposés quotidiennement à de tels risques doivent se protéger en adoptant des outils et des pratiques appropriés et conçus pour les réduire.


Dr. Pieter de Jager

Tel a été le message transmis à un public de près de 120 professionnels de la santé (groupes hospitaliers privés, services de santé du secteur public, services de pathologie, facultés de médecine, organismes de recherche ou groupements professionnels) à l'occasion du 4e Healthcare Worker Safety Summit, qui s'est tenu à Johannesburg (Afrique du Sud). Animé par une équipe régionale de BD, sous la direction du responsable national de BD, Ian Wakefield, le sommet a permis aux professionnels de santé présents d'acquérir des connaissances sur différents thèmes tels que l'amélioration de la sécurité des injections, les directives de l'Organisation mondiale de la santé ou l'avancement de la culture de la sécurité.

Safety and Local Surveillance – a Health Economics and Outcome Research Perspective (Sécurité et surveillance locale : économie de la santé et résultats de la recherche) a été présentée par Pieter de Jager, docteur en médecine au sein du service d'anesthésie de l'université de Wits et membre de l'institut sud-africain de la santé au travail (NIOH, National Institute for Occupational Health). « Nous avons prudemment estimé qu'au moins 20 docteurs et infirmières du seul secteur public contractaient chaque année le SIDA suite à des blessures par aiguilles. Comme le montre notre étude, nous pourrions réduire ce nombre de plus de la moitié grâce à la formation et à la fourniture de dispositifs de sécurité. »

Les professionnels sud-africains de la santé relèvent d'une catégorie à haut risque, notamment du fait de blessures par aiguilles et d'infections dues à des pathogène à diffusion hématogène. À ce jour, il n'existe pas d'approche normalisée pour protéger les professionnels de santé du pays contre les blessures par aiguilles. Cependant, l'étendue des blessures par aiguilles en Afrique du Sud est telle que des stratégies plus élaborées pour améliorer la sécurité des professionnels de santé sont devenues nécessaires.

« L'OMS a reconnu le danger que représentent les blessures par aiguilles et élaboré des directives conviviales sur les injections sécurisées, incluant la gestion des risques professionnels. » rapporte M. Wakefield, avant d'ajouter : « Il suffit d'une seconde. La question est alors de savoir si, en Afrique du Sud, nous en faisons assez pour garantir la sécurité et la protection des professionnels de santé ».

Aux Etats-Unis, BD a joué un rôle essentiel pour faire avancer la législation et assurer la sécurité de tous ceux qui manipulent des aiguilles. Le plaidoyer de BD en faveur de directives nationales similaires dans la plus grande partie du monde, afin de soutenir l'utilisation de dispositifs de sécurité spécialisés en liaison avec l'éducation, la formation, la surveillance et le développement des capacités, s'aligne sur son objectif de faire progresser le monde de la santé.